L’importance de l’audition sur la fonction cognitive

La perte auditive et la fonction cognitive chez l’enfant

La perte auditive peut avoir de nombreuses répercussions sur les fonctions cognitives des enfants (en particulier lors de l’apprentissage du langage), notamment sur le vocabulaire, la structure des phrases, l’expression orale, la réussite scolaire et autres fonctions sociales. Pour mieux les assister dans leur développement cognitif et linguistique, il est important de se rappeler des faits suivants:

  • Les enfants apprennent des mots concrets comme « chien » ou « pomme » plus facilement que des mots abstraits comme « pendant » ou « heureux »
  • La plupart du temps, ils ont du mal à comprendre les mots polysémiques (ayant plusieurs sens) comme « cuisinière »
  • Les enfants malentendants comprennent et produisent des phrases plus courtes et plus simples
  • De nombreux enfants malentendants ne peuvent souvent pas entendre les sons faibles («s», «sh», «f», «t» et «k»)

L’audition binaurale est essentielle à la perception de la parole et à la communication, et les conséquences d’une perte auditive unilatérale sur plusieurs facteurs de performance peuvent être importantes pour l’enfant en développement.

Wong, Benoit @University of Rochester Medical Center

La perte auditive et la fonction cognitive chez l’adulte

Selon une étude de 639 personnes âgées entre 36 et 90 ans, les personnes présentant une perte auditive légère, modérée ou grave avaient deux à cinq fois plus de risques de développer la démence que les personnes sans déficientes auditives.

Il a été révélé que «les niveaux de dégradation de la fonction cérébrale étaient directement liés à l’ampleur de la perte auditive». En effet, ils ont découvert qu’en moyenne «les personnes âgées malentendantes ont développées une déficience significative de leurs capacités cognitives plus de 3 ans plus tôt que celles ayant une audition normale.

Que peut-on faire?

Les solutions dépendent du type et du degré de perte auditive et peuvent inclure une intervention précoce, des séances d’orthophonie, l’apprentissage de la langue des signes, des appareils auditifs et des traitements chirurgicaux tels que l’insertion d’un tube de tympanostomie, l’implantation cochléaire ou encore l’implantation du tronc cérébral auditif.

Leave a Reply